Cépages Régions Portraits de propriété Dictionnaire du vin Accords mets-vins Le saviez-vous?
 

Les cépages

Il y a un nombre incalculable de cépages existants. Nous n'avons répertorié ici que quelques-unes des variétés les plus courantes représentant les vins les plus souvent consommés dans nos régions.

Cépages blancs

Cépages rouges

Bourboulenc ou doucillon ou grosse clairette
Chardonnay

Chasselas

Chenin Blanc

Doral

Gewurztraminer

Heida / Païen

Humagne blanche

Johannisberg ou Sylvaner

Maccabeu

Muscat

Petite Arvine

Pinot Blanc

Pinot Gris

Riesling

Roero Arneis

Sauvignon Blanc

Sémillon

Viognier

Barbera
Bobal
Cabernet Franc
Cabernet Sauvignon

Canaiolo
Cannonau

Carménère

Cinsault

Cornalin
Corvina
Diolinoir

Dolcetto

Galotta

Gamaret

Gamay

Garanoir

Grenache

Humagne rouge

Malbec
Merlot

Montepulciano
Mourvèdre

Nebbiolo

Nero d'Avola

Petit Verdot
Pinot noir
Pinot meunier
Sangiovese
Servagnin

Syrah

Tannat
Tempranillo
Touriga Nacional
Vaccarèse

Zinfandel (Primitivo)

Le Servagnin

Un peu d'histoire...
Par amour du Pinot Noir, Philippe le Hardy, Duc de Bourgogne, fit interdire en 1395 la culture du Gamay en Côte d’Or. Sa fille, Marie de Bourgogne, épouse Amédée VIII, Duc de Savoie. Elle devient donc châtelaine de Morges, résidence secondaire des Savoie.

En 1420, Marie, enceinte, fuit la peste et vient se reposer à Morges et à Saint-Prex. Ce serait pour remercier les gens de la région de leur hospitalité qu’elle aurait offert quelques plants de SERVAGNIN (synonyme de Pinot Noir), cépage aussi cher à son coeur qu’à celui de son père. Ainsi donc pour la première fois, le Pinot Noir est cultivé en Suisse. Fort de la qualité de son vin et pour de longues années, sa culture se répand dans tout le canton sous le nom de SALVAGNIN. Toutefois au début du siècle passé, on commence à lui préférer des cépages plus productifs et sa culture se raréfie au point de pratiquement disparaître dans les années 1960.

Au même moment, les vignerons vaudois lui prennent son nom de Salvagnin pour l’utiliser comme nom de famille des rouges vaudois, tous cépages confondus.

C’est à partir des deux derniers ceps existant à Saint-Prex, berceau et terre de ses ancêtres, que quelques vignerons de la région de Morges bien inspirés ont patiemment reconstitué quelques vignes et oeuvrent désormais pour lui redonner sa grandeur du temps jadis sous le nom de SERVAGNIN DE MORGES.

 

Description
Seules les vignes plantées en Pinot Noir, clone Salvagnin, situées dans l’aire de l’appellation Morges ont droit à l’appellation Servagnin de Morges.
La production maximum ne doit pas dépasser 50 hectolitres à l’hectare et son raisin doit atteindre un minimum de 82 degrés Oechslé.
Vinifié obligatoirement en barrique de chêne son élevage doit durer au moins 16 mois. Il ne peut pas être commercialisé avant le 1er avril de chaque année.

La Commission du Servagnin qui contrôle toutes ces normes attribue l’appellation Servagnin de Morges après avoir jugé par une sévère dégustation que les qualités obtenues correspondent à la haute définition exigée.

Les bouteilles ayant obtenu l’agrément portent la capsule rouge d’authentification Servagnin de Morges.